Un sommeil insuffisant fragilise le fonctionnement du cerveau

Selon une étude polonaise, des patients privés d’un tiers de leur sommeil pendant 10 jours n’avaient pas retrouvé toutes leurs fonctions cognitives une semaine plus tard.
L'impact du manque de sommeil sur le cerveau
Sommaire :

Table des matières

Nous dormons de moins en moins

Indispensable pour notre équilibre, le sommeil est devenu un mal de nos sociétés modernes. En France, la durée moyenne du sommeil a ainsi chuté de 1h30 en 50 ans et oscille entre 6h30 en semaine et 7h30 en week-end, où les adeptes de la grasse matinée cherchent à récupérer du manque de sommeil accumulé.

Le manque de sommeil impacte certaines fonctions de notre cerveau

Une étude de scientifiques polonais publiée dans la revue PLOS ONE est allée plus loin dans l’expérience en mesurant l’impact de la privation de sommeil sur nos fonctions cérébrales et cognitives.
Pour ce faire, pendant 10 jours l’équipe de recherche a privé volontairement un groupe de patients d’un tiers de leur sommeil (environ 2 heures par nuit). Puis, elle leur a fait passer des tests cognitifs après un délai de 7 jours de retour à la normale.
En analysant les résultats des tests opérés, les chercheurs polonais ont démontré que les patients n’avaient pas récupéré la totalité de leurs paramètres neuro-physiologiques. Ce qui induit que les fonctions du cerveau, malgré ces 7 jours de retour à un sommeil normal, n’avaient pas retrouvé leur niveau initial d’avant la privation de sommeil.

Guillemets DooYooCare bleus

L’étude du processus de récupération après une période prolongée de sommeil restreint révèle des différences dans les réponses comportementales, motrices et neurophysiologiques.”déclarent les auteurs de l’étude.

Manque de sommeil et récupération

Une nouvelle preuve que bien dormir est essentiel pour notre organisme alors que le manque de sommeil s’avère un facteur de risques accrus d’accidents de santé (maladies cardiovasculaires, obésité, diabète, cancers, …).

Ce qu'il faut retenir
  • Après 10 nuits trop courtes, une semaine de bon sommeil n’est suffisante pour retrouver toutes ses capacités cognitives.
  • De manière générale, une dette de sommeil prolongée dans le temps aura des séquelles sur notre organisme qui impacteront notre santé.
Les liens utiles
Les sources
Partagez

Laisser un commentaire

Derniers articles publiés
Être informé plus souvent

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d’information de DooYooCare. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux